Et voilà, les équipiers de Brin d'île ont abandonné leur capitaine sur le l'île à Vache.

Levés à 3 h du matin samedi, nous avons d'abord pris une pirogue à moteur pour aller jusqu'aux Cayes.

Là, 3 motos taxis devaient nous attendre pour nous emmener à la gare des bus.

Pas de motos ! Doudou notre guide s'inquiète et tempête au téléphone, 15 mn plus tard arrivent 2 motos sulement pour 4 passagers et 3 gros bagages plus 3 petits sacs!

Pas de problème, à 3 sur chaque motos plus les bagages nous voilà partis pour la gare des bus en prenant les rues détournées au cas où on rencontrerait les flics...

On arrive à 5 h moins 5 pour un départ à 5 h, le temps de passer au guichet pour valider nos ticket de monter dans le bus et nous voilà en route pour 

Port au Prince.

Les routes sont défoncées, le bus doit souvent s'arrêter pour passer des ornières. Quand le jour se lève, c'est un paysage de désolation que nous observons par les vitres du bus.

Des collines totalements déboisées, ravinées, érodées ou plus rien ne pousse.

Une sucession de bidonvilles construits sur des monticules de déchets.

Les gens vivent sur des entassements de détritus.

Dans Port au Prince peu de bâtiments ont été reconstruits après le tremblement de terre d'il y a 4 ans (sauf ceux du gouvernement et des dirigeants)

Nous arrivons à l'aéroport où nous embarquons 4 h plus tard sur un petit ATR en direction de Point à Pitre.

Là changement d'avion , un 747 nous transporte sur Paris où nous atterrisons à 7 h 30 du matin. Nous allons récupérer nos bagages :  force est de constater au bout d'un certain temps, que le tapis tournant à vide...il nous manque un sac!

Nous nous précipitons au service bagages car nous avons peur de louper notre correspondance pour Nice qui est à 9h 20.

15 personnes y font déjà la queue, apparemment nous ne sommes pas les seuls à avoir un problème.

On enregistre notre plainte, et on se précipite au terminal  2 vite, vite !

à l'enregistrement il y a une queue monstre nous essayons de passer en expliquant au gens devant nous que nous devons prendre l'avion qui part dans 10 mn pour Nice.

Coup de théâtre : Comment vous ne savez pas ? tous les avions de ce matin pour Nice ont été annulés pour cause de mauvais temps.

Alors on fait la queue comme tout le monde...

Arrivés au guichet d'air France, la femme nous explique que nous avons été reclassés sur le vol de 17 h 20, vous avez du recevoir un message ce matin!  

Ben, dans l'avion l'internet et le tel ne sont pas encore possible. Mais effectivement Franck a reçu un mail et Valérian un SMS.

ON explique que nous avons unTGV a prendre à 16h30 à Nice et que là ça va pas être possible. Oui, j'entends bien, mais il n'y a pas de place plus tôt ...

à moins que ... elle cherche , se renseigne, nous met sur liste d'attente et tout ce que l'on obtient c'est de partir une heure plus tôt ce qui ne nous permettra quand même pas de prendre le train à temps.

On cherche une borne WIFI, et j'appelle ma soeur sur skype pour la prévénir (on devait manger ensemble à midi à Nice) elle est déjà au courant il n'y a vraiment que nous qui ne le savions pas! elle nous annule nos billets de train. Nous décidons de nous rendre à la gare à la sortie de l'aéroport et d'essayer de trouver un train pour les Arcs.

Entre temps Valérian décide de venir nous chercher à Nice, mais comme il ne pense pas pouvoir arriver avant nous , ma soeur vient nous attendre pour nous empêcher de prendre un taxi!

Quelle équipée!!!!!!!! enfin à 21h nous sommes à Lorgues, on est fourbus mais contents d'être arrivés. 

Retour à la réalité, il fait 12 degrés, dans le bagage perdu les vêtements de Maxime et ...ses cours du CNED...

Pas de photos pour illuster l'article, ça n'en vaut pas la peine!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!